Marin Alsop, première femme à la tête de l’orchestre symphonique de Vienne

0
66

Marin Alsop, première femme à la tête de l'orchestre symphonique de Vienne

MUSIQUE – Un (tout) petit pas vers la parité, et un (très) grand pour Marin Alsop. Cette cheffe d’orchestre américaine a été nommée directrice musicale de l’Orchestre symphonique de la radio de Vienne, en Autriche. Elle devient ainsi la première femme à occuper ce poste depuis la création du fameux orchestre, en 1945.

Marin Alsop, âgée de 61 ans, est à la fois « très honorée d’être la première » mais aussi « assez choquée que, de nos jours, il y ait encore des premières fois pour les femmes ». Celle qui est née à New York voit sa nomination comme une « occasion de faire avancer ce sujet » et « de changer le paysage pour les futures générations », rapporte The Guardian.

Elle succède à Cornelius Meister, un chef d’orchestre et pianiste allemand. Son contrat débutera en septembre 2019 pour une période reconductible de trois ans.

À Vienne, des femmes dans les orchestres depuis peu

Si cette nomination est particulièrement notable, c’est parce que la scène musicale viennoise n’est pas réputée pour son égalitarisme. En effet, dans les rangs du mythique Orchestre philharmonique de Vienne, fondé en 1842, sur la centaine de musiciens, on trouve une quinzaine de femmes… depuis seulement vingt ans.

Le sujet faisait d’ailleurs l’objet d’un article de Slate en décembre dernier. « En février 1997, après de lourdes pressions du gouvernement autrichien, l’orchestre philharmonique de Vienne intègre sa première musicienne, la harpiste Anna Lelkes », peut-on lire.

C’est ainsi le dernier grand orchestre international « à se féminiser », quinze ans après celui de Berlin et quatre-vingt-huit ans après celui de l’Opéra de Paris.

Marin Alsop s’est réjouie de constater « qu’il est possible que les femmes accèdent à des postes de leader comme celui-ci », tout en espérant que « cette raison figure tout en bas de la liste des raisons pour lesquelles elle a été choisie ».

Des inégalités persistantes

Du côté de cette profession, mais aussi dans le monde musical en général, les femmes sont sous-représentées, et la France ne fait pas exception. Les chiffres sont parlants: entre 2013 et 2017, on recense 4% de cheffes d’orchestre, selon une étude de la Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques (SACD) dévoilée en octobre 2016.

En musique, on ne compte que 7% de femmes parmi les artistes (compositrices, chorégraphes, metteuses en scène, librettistes, cheffes d’orchestre, solistes) programmées dans les festivals, les orchestres nationaux et les opéras. Les femmes ne représentent que 1% des compositeurs, ou encore 23% des solistes instrumentistes entre 2014 et 2017. Les orchestres nationaux de Paris, Philarmonique de Radio France et National de France sont composés, respectivement, de 12%, 11% et 9% de femmes, pour l’ensemble des artistes programmés entre 2013 et 2017.

Marin Alsop, qui a commencé le violon à cinq ans, n’en est pas à sa première « première fois ». C’était déjà le cas en 2007, lorsqu’elle a été nommée à la tête du grand Orchestre symphonique de Baltimore, aux États-Unis, où elle exerce toujours. Elle a aussi été la première femme à diriger, depuis 2012, l’Orchestre symphonique de l’État de São Paulo.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

4% de cheffes d’orchestre: mais où sont les femmes dans la culture?

BLOG. Femmes dans la musique électronique: le changement, c’est pour quand?

La liste 100% masculine pour le Grand Prix du Festival d’Angoulême fait polémique

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C’est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C’est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

lire l'article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here